Archive pour la catégorie 'Glisse et Escalade'

Très bon…

Mercredi 22 février 2012

kitesurfer-what-i-think-i-do.jpg

Windstafette

Samedi 1 octobre 2011

L’ère de la BaF 1.0 est définitivement terminée. Ainsi commence l’ère de la Windstafette !

La Windstafette, c’est le “van de surfeur” sauce Estafette.

En voyage, ca donne:

ganguise.jpg

Je sens comme un léger décalage…

comparaison.jpg

vue.jpg

Schizophrénie sportive

Lundi 3 janvier 2011

Je vous souhaite bonne année à tous, avec du retard kivabien comme d’hab’ !

Pour attaquer cette nouvelle année, un petit billet d’humeur.

Depuis que je suis une fiotte, pratiquant du nouveau sport de m’as-tu-vu à la mode, j’ai remarqué que cette activité est atteinte de schizophrénie, au moins par 2 aspects.

1/ Le kite, c’est un sport de jeune

C’est complètement faux. La moyenne d’âge des pratiquants tourne autour de la quarantaine. Qu’on ne s’y trompe pas, je ne dis pas qu’on est vieux à 40 ans; juste qu’à 40 ans, on n’est plus jeune.

Premier fait :Beaucoup de pratiquants sont issus de la planche à voile, de gens qui ont commencé les sports de glisse dans les années 80, et ont décidé de basculer vers le kite dans les années 2000. On fait le compte, hum, 20 + 20 = 40.

Deuxième fait: le kite coute un bras. On fait le calcul: 1000 € l’aile complète neuve, il en faut au moins deux, et au moins 1 planche à 500 €, plus l’équipement résiduel à 300€ (combi, harnais, …) 2800 €, auquel il faut rajouter une voiture et les trajets. Ca coute aussi cher qu’un abonnement de golf, location de voiturette électrique comprise (les sacs à vomi sont sur le siège devant vous).

Pourquoi je raconte tout ça ?  Parce que la presse généraliste et spécialisée nous présente une image différente: le petit jeune rebelle cheveux au vent qui envoie du freestyle, l’éternel jeune trentenaire, … lies, lies, lies. Le kite, c’est plus: cheveux gris, 4×4 ou camping-car à 50.000 €, et navigation pépère. Vous connaissez beaucoup de jeunes travailleurs capables de se payer de l’équipement à 3000€ tous les ans et des cours à 150€ la 1/2 journée ? Et pourtant, la fabrique à image continue de fonctionner:le kite véhicule une image de sport de jeune (toutes les vidéos de promos sont là pour le prouver), bien loin de la réalité.

2/ La sécurité, pas pour moi.

Des accidents, encore et encore, et même chez les pros (Vincent Tiger en 2009 à Leucate au Mondial du Vent : pas de casque, pas de gilet).

D’un côté: des écoles qui luttent pour enseigner la sécurité, parce qu’un accident fait mal au sport, et parce qu’on ne peut pas naviguer tranquillement sans avoir un(e) inconscient(e) qui crashe son aile sur le sable à 1 m de soi dans le dos. De l’autre, des marques et des fédérations qui montrent des compétitions et des vidéos sans équipements de sécurité. Sur les spots, 2 sujets de discussion: le vent, et la sécurité; tout le monde a son anecdote à raconter.

Pourtant, les marques et les magasins continuent d’un côté de mettre en avant des produits dangereux dans des publicités ou des jeunes (cf 1/) “envoient le pâté” à 2 m du bord et 15 m de haut, et de l’autre côté de proposer un rayon de sécurité et d’encourager le port du casque et de gilet pour une pratique “safe”.

Sur ce 2nd point, il est possible que l’arrivée massive des femmes dans le sport change la donne:  la plupart viennent chercher une pratique “à la Nicolas Hulot”, plutôt que de faire parler l’adrénaline.

Pour le 1er point, j’ai plus l’impression que la machine marketing continue à maintenir l’image du sport. C’est plus sexy de vendre des ailes en faisant croire qu’on est encore un gamin de 20 ans, que de faire des packs “aile + planche + prostate”. Dans la même veine à méditer, le port du short par dessus la combinaison intégrale (lu sur un forum : “waaa ca taquine ça, le short par dessus la combi tu porteras, le style tu connaitras”): a quoi ca peut bien servir, sinon à inciter à acheter un boardshort en même temps qu’une combi ?

… huuuumm, l’été…

Lundi 5 juillet 2010

Une petite sortie à La Nautique accompagnée de la photographe de sport Aurélia Théassinovitch (merci à elle d’avoir fait le déplacement pour un amateur)

Saut simple…. (simple, mais crispé)

saut_simple

…. avec un peu plus de style ….

img_0942.JPG

Pieds inversés…

img_0985.JPG

… Chapi-chapo (ca parlera aux plus anciens)

img_1004.JPG

Backloop….

img_0995.JPG

.. ou Rate-loop ?

img_0996.JPG

Une seule main…

img_1008.JPG

…. et quand la photographie reprend le dessus…

img_0952.JPG

Finalement, la simplicité et la douceur de l’été ….

img_0887.JPG

Kitesurf m’a tuer

Mercredi 5 mai 2010

Je suis eu.

Malgré une résistance acharnée [1], je n’ai pas réussi à empêcher le kite de tuer mon âme de plancheux. Je craque: 4 ailes, 3 planches.

Je vends mon matériel de planche pour libérer de l’espace, et aussi parce que c’est stupide de laisser le matériel vieillir et perdre de la valeur. Adieu, planche !

“C’est môche”.

[1] Pas vraiment, en fait.

Quand le windsurf se fait bouffer par Microsoft

Mercredi 7 avril 2010

Ca fait longtemps que je n’ai pas bloggué, il parait. Pour rompre le silence, un petit billet d’humeur bien senti !

Qui ne connait pas le Défi Wind et ses records en nombre de participants ? Tout le monde connait, bien sûr !

Grâce à ses sponsors et à ses bénévoles, l’organisation est un véritable … défi, relevé chaque année avec brio ! Parmi ces sponsors, on trouve Microsoft; jusque-là, tout va bien. Sauf que comme par hasard, le site Web du défi repose sur SilverLight, le plugin de Microsoft concurrent de Flash. Et vous savez quoi ? Je n’arrive pas à l’installer sur mon Firefox sous Linux ! Dingue, non ? L’alternative: MoonLight, développé par Novell en utilisant Mono. Mais je ne veux pas avoir à maintenir un énième plugin pour Firefox…Du coup, comme l’an dernier, je n’irai pas voir le site du Défi !

Vous me direz, ce n’est plus très grave puisque je ne participe pas (et que je me drogue maintenant à un sport de glisse alternatif), mais tout de même, c’est moche de se faire bouffer comme ça par un partenaire qui cherche à refourguer sa camelote.

On charge le Rhino !

Jeudi 19 novembre 2009

Après quelques sorties kite en 12m² par vent faible, force 3-4, je me suis rendu compte que cette surface était trop légère. Aile qui tracte insuffisamment, difficulté à remonter au vent, perte de planning, etc.

Ça tombe mal, je comptais naviguer dans les petits airs en kite, comme les vents qui existent sur le façade atlantique par exemple !

Et c’est là qu’intervient le Rhino ! … ou devrais-je plutôt dire “La Rhino”. Il s’agit de l’aile de course typée performance, hang-time, et plage basse de chez North Kiteboarding. Côté performance, je m’en moque; Côté hang-time, c’est sympa mais je ne suis pas un fanatique qui cherche à s’envoyer en l’air à tout prix. Par-contre, la plage basse, ça c’est cool !

Me voilà avec un beau Rhino d’occasion de 16 m², la taille maximale. Plage de vent: 8 à 20 noeuds. Soit: force 3-5, ou bien encore 12 à 40 km/h. Je la réserve uniquement à la plage basse, 3-4, j’ai pas envie de me retrouver accroché à 16m² à force 5 !

Allez, ça ressemble à ça une Rhino 2007:

(les photos ne sont pas de moi)

Ici en 10m². Il faut rajouter 6m², ca donne une idée du tracteur !

Et toujours la satisfaction d’avoir seulement à transporter un gros sac qui tient sans problème dans mon coffre, même avec le réservoir à côté et la plage arrière. Par comparaison, mon ancienne voile de planche de 11m² tenait difficilement dans l’habitacle de la voiture…. en diagonale. Surface projetée du jouet: 10m². Vu qu’elle évolue en l’air, là ou le vent est plus fort, la surface utile réelle et la puissance dégagée sont bien supérieures à celles d’une voile de planche de 11m² qui évolue au raz des paquerettes, et avec lourdeur !

Caméra embarquée sur l’aile

Mardi 25 août 2009

Malgré des efforts pour embarquer une caméra sur le casque de planche à voile, je n’ai pas réussi à obtenir une image stable. Avec le kite, c’est différent: l’aile étant reliée par des lignes, les vibrations devraient être gommées.

Profitant de la pétole de milieu de journée en aout, vendredi j’ai essayé de coller la caméra au mileu de l’aile, en la faisant pointer dans la direction des lignes.

J’avais peur du poids supplémentaire, mais finalement cela ne se ressent absolument pas.

Au décollage, ça donne:

decollage

Par-contre, en réglant à 320×200 l’image a une définition insuffisante, parce que le premier objet rencontré se trouve au bout des lignes, à 25 m !

fixee

Hum, les belles algues ! (ce n’est pas moi en bas, cf paragraphe suivant)

Au début, la direction de la caméra était mauvaise, elle pointait trop à l’arrière de l’aile et ne filmait qu’un fond d’étang quasiment uniforme et les objets passant sous mon vent. Mais l’hypothèse est validée: la stabilité d’image est parfaite !

Tout ça, c’était “avant le drame”: le vent est tombé, l’aile a déventé et s’est crashée (oops !), du coup la caméra a été partiellement décrochée et s’est mise à balloter et filmer un peu tout aux alentours. Mais ce qui devait être un problème est devenu un avantage, parce que les images sont plus variées et sympathiques !

Ici, juste après le crash, avant de redécoller l’aile:

decolle

Et là, une image à peu près stable:

la franqui

On peut voir La Palme à 30m de haut: la densité d’ailes, les voitures le long de la plage,un autre bout d’étang, et un peu plus loin, la mer avec La Franqui. Il faut noter qu’à ce moment-là, la plupart des gens étaient partis en pensant que le vent était définitivement tombé, c’est donc une version “soft” de la densité habituelle.

Conclusion: passer en 640×400 et régler la direction de la caméra plus à l’avant. La prochaine fois, c’est la bonne. Il restera un problème: la caméra tourne sur son axe en suivant l’aile, et il faut tourner la tête dans tous les sens pour suivre l’image. Un problème qu’il faudra régler au montage avec Kino…

L’heure du coming-out

Lundi 25 mai 2009

Voilà, ca trainait dans ma tête depuis quelques semaines déjà.

Une impression de “pas-fini”, un manque, la sensation étrange de vouloir prendre de la hauteur pour gouter à autre chose.

Un premier essai au Cap Vert…

J’ai plongé….

J’ai 2 superbes Waroo de 9m2 et 12m2 dans ma chambre, je ne les quitte plus des yeux.

Alors pour ceux qui “n’en sont pas”, kézako une Waroo ? (c’est féminin, comme tous les machins instables qu’on regarde gigoter dans tous les sens)

Une Waroo, c’est ça:

Vu de dessous, ça donne:

Pour l’instant, c’est pour moi le compagnon idéal de la planche: ça marche bien et sans danger dans les petites plages de vent (force 3-4), avant de laisser la place à la planche qui devient très agréable et sans danger dans les plages de vent fort, comme la tramontane les 3/4 de l’année, jusqu’à force 9…

Du coup, j’ai profité de ce WE pour me débarasser du gros matériel de planche: voile de 7 et 11 m2, planche de 135L font maintenant partie de mon passé windsurfesque.

Fini la planche ? Non ! Mais il faut bien avouer: transporter une aile qui tient dans un sac à dos et une planche de kite

dans une voiture est nettement plus facile qu’une planche de 135L et une voile de 11m2 sur le toit. En-dessous de 6m2 de voile, ça rentre à l’arrière dans la voiture. Au-delà, y’a pas moyen…

D’ailleurs, alors qu’en planche la norme des pratiquants en terme de véhicule est plutôt le “van aménagé” style retraité hippie sur le retour, en kite, c’est plutôt Twingo en couple. Tout un choix de vie.

Et la sécurité dans tout ça ? Bah oui, des gens se tuent encore trop fréquemment en kite. C’est vrai. J’ai tenté de rassurer mon entourage. Après une dizaine d’heures de cours, je peux le dire: c’est vraiment dangereux, on ne doit pas faire n’importe quoi. Le fait d’être constamment attaché, d’avoir 30m de lignes, une aile qui tire vers le haut même quand on n’avance pas, tout cela sont des facteurs de danger. J’ai pu tester: me faire sortir de l’eau à 1m de haut malgré mes 85kg est … surprenant.

Une aile est comme un parapente alors qu’une voile de planche est comme une voile sur un bateau. D’ailleurs, l’association de kite de France est affiliée à la fédération française de vol libre alors que celle de Funboard est rattachée à la Fédération Francaise de Voile: un signe ?

Plusieurs faits:

  1. Il faut prendre des cours. On n’essaie pas ça à l’arrache après un diner entre amis.
  2. Il FAUT prendre des cours. Point Barre. Clair ?
  3. Il ne faut pas rester sur la plage si ce n’est pas nécessaire: 80% des accidents arrivent sur la plage.
  4. Il ne faut pas de matériel plus vieux que 2006, 2007: les systèmes de “depower” (lacher la puissance en poussant la barre), n’étaient pas assez bien développés. La Waroo est la première aile réputée pour avoir eu un depower complet, et en effet, on perd facilement tout la traction pour retomber :-)
  5. Il ne faut pas négliger l’équipement de sécurité: largueur, leash de planche, d’aile. A ce propos, il me manque toujours un gilet de flottaison (!!!), oops.
  6. Il faut payer pour de la surveillance quand on va en mer. Pour l’instant je pratique sur étang ou j’ai pied partout…mais plus tard…

Je remplis à peu près toutes les conditions, le moniteur m’a fait confiance pour me lâcher dans la nature, j’ai déjà connu ma première galère sans danger (système de sécurité de largage d’aile qui se déclenche tout seul, puis aile et lignes qui tombent dans les algues), pour supposer que ca devrait bien se passer.

Tout le monde innove !

Dimanche 10 mai 2009

Quand l’innovation en tant qu’argument de vente touche tous les domaines…

C’est le constat auquel je suis arrivé en lisant les brochures commerciales des fabricants de matériel de planche à voile. Celui qui frappe le plus fort: North Sails.

Les markettoïds s’y sont donnés à coeur-joie: des noms qui fracassent, et qui ne sont pas sans rappeler une marque de matériel informatique “la nouvelle tête iFront révolutionne le wishbone”, “4 patents pending”…

Toutes les innovations touchant les voiles ont été markettoïdisées: “AUTO.CLOSE”, “ULTRA.CLEAN.ROPE.STORAGE”, “HYPER.CAM”, “DURA.LUFF.PATCH”, etc, etc, etc…

Les autres ne se laissent pas faire. Ainsi, RRD qui déclame dans une page de pub “Test is the ‘&’ between research & development”. Si ! Même en funboard, on fait du test continu !

La planche n’est décidément plus une petit ilot de tranquillité entre petits vieux à la retraite.

Un petit rappel: Innovation (wikipedia)

Une innovation se distingue d’une invention ou d’une découverte dans la mesure où elle s’inscrit dans une perspective applicative.

C’est donc bien d’innovation dont il s’agit.